PDF Imprimer Envoyer

E-Bug

E-bugLes secrets des microbes révélés aux écoliers et collégiens français

Une exclusivité CHU de Nice à diffusion européenne
E-Bug est le nom donné à un projet européen d’envergure : celui de faire découvrir l’univers des microbes aux enfants du primaire et du secondaire. Il s’agit pour chaque enfant, d’améliorer ses connaissances sur les infections, leur transmission, leur traitement et ainsi  d’adopter les bons comportements préventifs.
Les élèves seront également sensibilisés à l'utilisation prudente des antibiotiques*.
 
Cette initiative européenne originale est déclinée dans 18 pays, représentant 76% de la population européenne, qui ont été sélectionnés parmi les plus gros consommateurs d’antibiotiques et ont tous participé à l’élaboration de l’outil. Dès la rentrée scolaire 2009, E-Bug a été mis en œuvre dans 12 pays partenaires, 6 autres suivront à la rentrée scolaire 2010 et une traduction dans les langues des pays restant de l’Europe sera effectuée par ECDC.   
Les enseignants de CM1/CM2, de 6e et de 3e dans toute la France ont à leur disposition une brochure éducative très ludique et participative pour chaque groupe d'âge, elle peut être commandée gratuitement sur le site web de l’INPES www.inpes.sante.fr
Un site web avec d’autres ressources pédagogiques pour les enseignants et des jeux pour les élèves www.e-bug.eu est également proposé.
 
Des cas pratiques très instructifs sont prévus : par exemple la fabrication de yaourt ou de pain pour expliquer le rôle des microbes utiles, la mise en scène d'éternuements, exercices d'actualité, pour mesurer la trajectoire des sécrétions respiratoires et montrer l'intérêt des recommandations d'hygiène respiratoire simples.

*Le CHU de Nice est le coordinateur français du projet (Service d’Infectiologie et Département de Santé Publique : chef de projet, Pr Pierre Dellamonica ;  coordinateur national,  Dr Pia Touboul ; traducteur, Dr Brigitte Dunais) en partenariat avec l’Education Nationale, la Direction Générale de Santé, l’Institut National de Prévention et d’Education pour la Santé (INPES) et la Caisse Nationale d’Assurance Maladie des travailleurs salariés, ainsi qu’une association regroupant 60 % des enseignants de SVT au collège : l’Association des professeurs de biologie et de géologie.